Smartphones et tablettes pour les très jeunes enfants, une erreur à éviter

Les smartphones et les tablettes sont en train de devenir la nouvelle baby sitter pour les enfants. C’est ce qui ressort d’une recherche signée par le Csb, Centre pour la santé de l’enfant onlus de Trieste, en collaboration avec l’Association culturelle des pédiatres. L’étude (« Technologies numériques et enfants : une enquête sur leur utilisation dans les premières années de la vie ») est la première dans notre pays à explorer comment les appareils sont utilisés dans les familles avec des enfants de moins de 6 ans. Réalisé à partir de questionnaires téléchargés en ligne, sur le site ou sur les canaux sociaux de la Csb, ou administrés par des pédiatres, il a impliqué plus de 1 300 familles dispersées dans le coffre. Les données recueillies sont surprenantes et, comme c’est souvent le cas dans les enquêtes, même très contradictoires.

Smartphones et tablettes directement dans le berceau

Bien que de nombreux parents soient conscients que l’utilisation inappropriée des technologies expose l’enfant à des risques, 30,7% de la population qui a reçu le questionnaire des pédiatres ont déclaré qu’ils laissent parfois ou souvent leur téléphone portable dans les mains de leur enfant avant l’âge de 12 mois. Pratiquement dans le berceau, alors. Cependant, le pourcentage tombe à 17,2 % chez ceux qui se sont exprimés en ligne. Des différences significatives, qui mettent en évidence les différences socioculturelles entre les deux groupes de familles. Dans les deux populations, cependant, ce chiffre augmente avec la croissance de l’enfant. Elle se stabilise autour de 60% chez les 12-24 mois. Pas de bonnes nouvelles. Considérez en fait que l’American Academy of Pediatrics ne recommande pas l’utilisation des technologies numériques chez les enfants de moins de 18 mois.

Un écran pour qu’ils se sentent bien

Pourquoi toute cette nonchalance à laisser les petits jouer avec les écrans ? C’est simple : pour qu’ils se sentent bien. 30-35% des familles avec des enfants de moins d’un an et 55-60% des ménages avec des enfants de moins de deux ans l’admettent. Cependant, il a été question de contradictions. En fait, la majorité des parents des deux groupes ont déclaré qu’ils utilisent la technologie principalement avec les enfants. Et c’est particulièrement vrai pour les 12-24 mois (nous sommes environ 65%) et les 24-36 mois (plus de 70%). Un fait très positif. Et ce n’est pas le seul. Malgré le fait que le temps d’utilisation des appareils augmente avec les années, les mères et les pères déclarent qu’ils préfèrent que leurs enfants jouent avec d’autres appareils (également ici, dans environ 70% des cas). De plus, la lecture en famille est de mise. En fait, 58,4% des noyaux atteints par les pédiatres le pratiquent au moins 4 fois par semaine. Et de 76,8% de l’échantillon en ligne.

Les experts : les bénéfices ne manquent pas….

Soyons clairs : les avantages de l’utilisation des smartphones et des tablettes ne manquent pas. Mais ils dépendent de divers facteurs. Tout d’abord, « l’âge auquel les enfants commencent à les utiliser ». C’est l’avis de Valeria Balbinot et Giorgio Tamburlini du Csb et pédiatre Giacomo Toffol, qui signent la recherche. Et puis ils indiquent « la manière dont ils sont utilisés, et pour combien de temps ». Un autre élément important est la qualité des applications des jeux vidéo. Et ce n’est pas tout. Lorsque les smartphones et les tablettes, mais aussi la télévision, « sont utilisés de manière appropriée et partagée avec les parents sont utiles pour le plaisir, les loisirs et le développement de certaines compétences. Par exemple, dans le domaine de la coordination visuelle-motrice. Les applications ne manquent pas, en effet, « conçues par des experts pour les enfants », capables de stimuler leur créativité, « de les aider à développer des compétences numériques et des compétences en résolution de problèmes ».

… mais pas même les risques

Alors quel est le problème ? « Les preuves montrent que les bénéfices sont très limités en moins de deux ans « , disent Balbinot, Tamburlini et Toffol. Dans ce groupe d’âge,  » les interactions directes des enfants avec leurs parents et le monde qui les entoure sont essentielles et indispensables pour assurer un développement sain de l’enfant au niveau cognitif, émotionnel et relationnel « . Et ce n’est pas tout. « L’utilisation précoce et excessive des technologies numériques comporte des risques pour la santé psychophysique des enfants. Lesquels ? Depuis en face d’un écran ne sont pas consommés trop d’énergie, la possibilité de développer la surcharge pondérale et l’obésité, qui en France deviennent une urgence nationale. Dans ces conditions, en fait, il y a environ un tiers des enfants âgés de 8 à 9 ans.

Ensuite, il y a le sujet des rayonnements électromagnétiques émis par les appareils, dont on a tendance à oublier l’existence. Et ce n’est pas tout. Il semble qu’il y ait  » une association entre l’utilisation excessive de ces technologies en âge préscolaire et la présence de retards du langage et de troubles cognitifs « . Les nouveaux médias rendent les enfants multitâches,  » tout en réduisant leur capacité de concentration et en augmentant la difficulté de concentration et de compréhension.

Quelques conseils utiles

« A partir de cet ensemble de connaissances, nous pouvons voir combien il est important de s’inquiéter de ce qui se passe dans les premières années « , dit l’étude du Csb. Une période au cours de laquelle « les sensibilités et les habitudes sont définies et les fondements de ce qui se passera dans les années à venir sont construits ». La recherche du Centre pour la santé de l’enfant se termine par une série d’indications aux parents, pour accompagner correctement les enfants dans la « découverte » des smartphones et des tablettes. Les indications peuvent être téléchargées gratuitement sur le site Internet de la CSB. En voici cependant les principales.

  • Donnez le bon exemple en limitant l’utilisation des appareils numériques (et des téléviseurs) lorsque vous êtes avec vos enfants. En particulier, évitez de les utiliser à table et utilisez-les pour que les enfants se sentent bien.
  • Limitez le temps que vos enfants passent devant les écrans, qu’ils soient petits sur les smartphones et les tablettes ou grands sur les ordinateurs et la télévision. Évitez de les utiliser avant l’âge de 2 ans.
  • Choisissez des programmes, des jeux vidéo ou des applications de qualité, adaptés à votre âge.
  • Et surtout, pour aider à développer la capacité de faire un usage approprié des technologies numériques, plus que des interdictions et des contrôles, il faut avoir transmis et partagé le plaisir des autres activités. Comme la lecture, le jeu et l’expérience musicale.

Des jeux amusants pour les enfants avec un papier et un stylo

Il fut un temps où nous n’avions pas toujours des smartphones, des tablettes, des consoles portables avec nous, et il arrivait souvent – peut-être à l’école, en classe, pendant une heure de récréation- que nous voulions jouer à quelque chose sans avoir de jeu à la main. Juste pour ces occasions, probablement, ont été créés les soi-disant jeux de papier et de crayon, des activités récréatives qui peuvent être réalisées avec des outils vraiment minimes, un stylo et une ou plusieurs feuilles de papier.

Depuis les temps ont certainement changé, mais même en ces jours d’été et la plage peut encore se produire de façon inattendue pour avoir besoin de jeux de ce type, nous illustrons aujourd’hui les trois jeux les plus célèbres avec du papier et un stylo, en essayant de décrire les règles les plus communes.

La Bataille Navale

La bataille bavale est un jeu célèbre, que nous avons tous essayé au moins une fois, mais dont les origines ne sont pas aussi anciennes que vous pourriez le penser.

Les hypothèses sur sa naissance sont variées, mais la première version commercialisée du jeu remonte aux années trente du XXe siècle, et probablement à une série de jeux nés dans différentes parties du monde juste avant ou juste après la Première Guerre mondiale.

Il est en effet attesté qu’en Russie était déjà largement répandu avant le conflit entre les officiers de l’armée un jeu de stratégie navale très similaire à la bataille navale, alors qu’en France, quelques années plus tard, était assez bien connu L’Attaque, qui est considéré comme le principal précurseur.

Les règles sont simples et, bien qu’il existe de nombreuses versions en boîte et autant de versions électroniques pour ordinateurs et consoles, il ne faut presque rien préparer pour jouer : chaque joueur doit avoir deux tables, une pour positionner ses navires et une pour marquer les coups portés à son adversaire.

Formule 1

Moins connu et répandu, mais pas pour cela moins intrigant, est aussi le jeu habituellement appelé Formule 1 ou avec une foule d’autres noms (automobile, circuit de course, course, piste et ainsi de suite).

Ici aussi, vous avez besoin d’une feuille à carreaux – mieux si elle est large – et d’une paire de stylos, éventuellement d’une couleur différente pour faciliter la distinction entre les deux parcours ; la première chose à faire est de dessiner une piste sur la feuille, pleine de courbes, de creux et de goulots, puis de placer les points de départ des différents joueurs et vous pouvez commencer.

Au premier tour, chaque joueur se déplace d’une case, choisissant une des huit cases qui entourent la case de départ (un peu comme dans le mouvement du roi aux échecs).

A partir du tour suivant, cependant, la règle est que vous pouvez toujours vous déplacer dans l’une des huit cases qui entourent non pas la case dans laquelle vous vous trouvez, mais la case dans laquelle vous seriez pratiquement si vous aviez fait le même mouvement que le tour précédent.

Le jeu que les physiciens et les mathématiciens apprécient

Par exemple, si dans un tour vous déplacez quatre cases vers la droite et une vers le haut, dans le tour suivant vous pouvez vous déplacer vers l’une des huit cases entourant le « point principal », c’est-à-dire celle qui est à quatre cases vers la droite et une au-dessus de sa nouvelle position.

De cette façon – essayez de le croire – dans les lignes droites, vous pouvez accélérer (si dans un virage vous bougez de quatre cases, dans le suivant vous pouvez arriver à cinq et ainsi de suite), tandis que dans les courbes, il est préférable de ralentir (passez de quatre à trois, puis à deux, pour éviter de quitter la route), en simulant le vrai rythme d’une voiture.

Le jeu n’est pas très simple, surtout dans les premières fois où l’on y joue et où il faut s’exercer, mais il est intelligent et permet de comprendre même un peu de physique, puisque chaque mouvement peut être représenté par un vecteur, tel que le vecteur (4, 1) dans l’exemple cité précédemment, qui est ensuite ajouté ou supprimé une unité dans l’une des deux coordonnées.

Le vecteur dans ce cas serait un vecteur de vitesse avec une accélération maximale égale à la racine carrée de 2, ce qui est très similaire à l’inertie d’un véhicule de course réel, et pour cette raison la Formule 1 est souvent citée comme un jeu mathématique et physique, étudié et mentionné de temps à autre dans des revues scientifiques populaires.

Le pendu

Revenons aux grands classiques avec le Pendu, un jeu qui semble avoir – du moins selon l’historien Tony Augarde – une origine victorienne, bien qu’il soit certain que le jeu existait déjà en 1894, quand il fut mentionné dans un livre de « jeux traditionnels ».

Les règles sont très simples : une personne choisit un mot pour être deviné par son adversaire, et dessine autant de tirets qu’il y a de lettres qui composent ce mot, puis dessine le motif d’un échafaudage, où il sera ensuite ajouté précisément le pendu.

A ce moment, le joueur qui doit deviner essaie de demander une première lettre : si cette lettre est contenue dans le mot à deviner, l’autre joueur l’écrit dans le tiret correspondant.

Si la lettre n’est pas présente, dessinez un morceau du pendu (généralement en six étapes : tête, corps, bras droit, bras gauche, jambe droite et jambe gauche). Continuez jusqu’à ce que le pendu soit complètement dessiné (et donc que le devineur n’épuise pas ses six tentatives) ou que le mot ne soit pas deviné.

Avec les lettres les plus fréquentes et les mots les plus difficiles à gagner
Il existe de nombreuses variantes, également pour simplifier le jeu : par exemple, vous devrez peut-être dessiner non seulement le pendu mais aussi toute la potence en trois ou quatre coups, donnant ainsi plus de possibilités à ceux qui doivent deviner, ou vous pouvez fournir la première et / ou la dernière lettre du mot, afin de faciliter la tâche.

Le jeu est basé sur la capacité linguistique des différents concurrents, mais bien sûr, vous pouvez mettre en œuvre des stratégies simples.

Et le recyclage dans tout ça ?

Ces jeux papier sont l’occasion, une fois le jeu terminer d’enseigner le recyclage des déchets à vos enfants. Apres avoir préalablement broyé le papier sous la surveillance des parents, il faudra mettre le papier dans la poubelle de la bonne couleur.

Trop génial !

Les Français dépensent de plus en plus dans les jouets

Les ventes de jeux « traditionnels », que les Français veulent voir et toucher avant d’acheter, ont augmenté de 12,1% au cours des cinq dernières années : c’est pourquoi les grands magasins spécialisés sont devenus le numéro 1 du marché.

Tout emporter, mais pas le plaisir de donner un jouet à un enfant : il y a une dépense croissante des Français pour l’achat de jeux « traditionnels », c’est-à-dire non électroniques. En 2017, les dépenses totales en jouets (hors jeux vidéo et jeux électroniques) ont atteint 1,2 milliard d’euros, soit 12,1% de plus qu’en 2013.

La plus grande partie des dépenses concerne les jeux pour les nourrissons et les enfants d’âge préscolaire, dont la tendance est à la hausse. La brique de construction reste le deuxième segment du marché, tandis que la poupée occupe la troisième place, tirée notamment par le segment « poupées et accessoires de jeux ».

Le dynamisme de ce marché a également contribué à modifier les habitudes d’achat des consommateurs. Les Français ciblent principalement de grands domaines spécialisés, qui ont connu une croissance de plus de 20 % entre 2013 et 2017.

L’an dernier, ce pôle de magasins, qui fait partie d’une société comptant au moins 10 points de vente et disposant de plus de 250 m2 de surface de vente, est devenu leader du marché (avec 35,2% de part de marché), dépassant les hypermarchés et les grandes surfaces (34,2%).

Le large choix offert aux consommateurs et la présence d’espaces dédiés à des marques spécifiques ont permis aux chaînes spécialisées de devenir un point de référence pour le choix et l’achat de jouets et de dépasser les hypermarchés et les grands supermarchés qui indiquent les meilleurs vendeurs avec un grand dynamisme promotionnel, surtout dans les périodes les plus importantes de l’année, comme Noël.

La capacité des chaînes spécialisées à créer de l’émotion et du divertissement dans les points de vente est fondamentale pour concurrencer le nouveau canal de commerce électronique, que l’Observatoire du non-alimentaire de France estime à 16%. Cette part est encore marginale par rapport aux niveaux beaucoup plus élevés que le commerce électronique atteint à l’étranger et qui est fortement conditionné par le besoin du consommateur de voir et de toucher le produit avant l’achat. Une caractéristique typique du consommateur Français, qui le différencie de celui des autres pays.

Quand commencer à se laver les dents ?

À quel âge dois-je commencer l’hygiène bucco-dentaire ? Faut-il attendre les premières dents ou pouvez-vous commencer encore plus tôt ? La première étape consiste à introduire cette habitude dans la vie quotidienne de votre enfant. Voici comment procéder.

Votre enfant a enfin fait sa première dent à la maison, c’est une grande fête pour tout le monde et il la touche d’abord avec curiosité et satisfaction. Même s’il n’a qu’une ou deux dents, la nature apprend au bébé que cela lui facilite le repas. Il se rend compte qu’avec ce « nouvel outil » il peut manger plus facilement et surtout goûter la délicieuse nourriture que sa mère lui prépare.

SOS : la première dent est sortie

Mais en même temps, les parents sont immédiatement submergés de questions et de doutes de toutes sortes : mon enfant a t’il besoin d’une bosse à dent ? L’enfant peut-il déjà utiliser un jet dentaire ? Est-ce qu’on doit l’emmener chez le dentiste ? Ce sont toutes des questions compréhensibles auxquelles nous essaierons de répondre.

La première chose à faire est de parler au pédiatre. Il sera en mesure d’indiquer l’utilisation correcte du fluorure, avec des heures et des doses adaptées à la croissance de l’enfant. Il vous dira alors quand acheter la première brosse à dents et, surtout, quel type préférer.

Sans oublier qu’en réalité, le soin de l’hygiène bucco-dentaire est un aspect qui doit être pris en compte dès la naissance du bébé, en faisant attention au régime alimentaire et en évitant d’ingérer inutilement des sucres. Cela peut créer des complications et des problèmes même si les premières dents ne sont pas encore apparues. Tout comme les bonbons devraient être évités.

Premiers soins dentaires

Habituellement, la première visite chez le dentiste est à l’âge de trois ans, d’ici là, l’enfant devrait savoir comment utiliser, plus ou moins correctement la brosse à dents que maman et papa lui ont acheté. Il est difficile d’exprimer l’importance de ce geste mais vous pouvez impliquer l’enfant dès sa première année dans le jeu, en profitant de la forte « imitation » envers les parents. Qu’il vive le moment dédié à l’hygiène dentaire comme une parenthèse amusante où il peut utiliser un nouvel outil tout coloré, peut-être avec un dessin qui représente son personnage préféré ! Le dentifrice, au contraire, ne doit être utilisé que lorsque vous êtes sûr que l’enfant ne le mange pas : ce n’est pas une substance toxique, mais il ne doit pas être ingéré, surtout s’il est en grande quantité.

Et si l’enfant refuse la brosse à dents ?

Si vous ne pouvez pas transmettre la bonne habitude de brosser les dents de votre enfant, vous pouvez essayer une petite gaz imbibée d’eau, en frottant doucement pour nettoyer ses dents et ses gencives. En espérant, bien sûr, que votre enfant vous permettra de le faire sans avoir trop de caprices ! Dans ce cas, armez-vous de patience et… insistez.

Comment aider les enfants à étudier

Aider les enfants à étudier peut sembler une entreprise titanesque, surtout celle de porter leur attention sur les livres. Bien qu’il s’agisse souvent d’un processus compliqué pour mettre les enfants devant les devoirs, il existe des systèmes généraux qui peuvent venir en aide aux parents. Essayer de suivre ces étapes peut être un choix très utile pour faire face à la situation. N’oubliez pas qu’il est normal que les enfants n’y prêtent que peu d’attention. Concentration qui ne manque pas dans les phases du jeu. Pour eux, étudier est ennuyeux, alors ils se fatiguent facilement.

L’astuce consiste donc à rendre la leçon la moins ennuyeuse possible. Ajoutez des mesures spéciales qui peuvent être un stimulant positif. Les éléments qui aujourd’hui sont très préjudiciables à ce type d’attention à l’étude, sont les nombreuses activités de loisirs qui n’existaient pas quand ils étaient petits parents. Nous parlons en particulier des smartphones, des tablettes et des ordinateurs avec Internet. S’y ajoutent les appareils classiques qui distrayaient même les parents quand ils étaient jeunes, à savoir les jeux vidéo et la télévision.

La première étape consiste donc à réglementer l’utilisation de ces éléments, en sculptant dans la journée de vos enfants les moments à consacrer à l’étude. Afin d’éviter que les parents ne s’exaspèrent en essayant de garder les enfants concentrés, nous porterons à votre attention certaines méthodologies considérées plus que valides.

Aider les enfants à étudier : environnement et pauses

Voici quelques méthodes utiles pour rapprocher les enfants de l’étude, afin qu’ils le fassent avec les soins et l’attention appropriés.

Environnement calme : L’enfant doit étudier dans un environnement exempt de distractions. Donc dans une zone où il n’y a pas de smartphones ou de jeux vidéo. De plus, il doit être bien oxygéné, car une pièce où il est difficile de respirer ou de bien se concentrer est problématique pour l’étude. Les facteurs environnementaux sont un élément fondamental de l’étude des enfants car tout agent extérieur a une influence décisive sur la durée de leur attention. Pour cette raison, il est nécessaire que pendant l’étude de l’enfant, aucun bruit gênant ou voix d’enfants qui jouent en plein air n’arrive dans la pièce.
Le repos est un élément important : si l’enfant ne s’est pas suffisamment reposé, il lui sera difficile de l’appliquer. Il est bien connu que lorsque vous êtes fatigué et fatigué, la distraction en est le résultat. Veillez à ce que les enfants se reposent la nuit pendant un nombre d’heures adapté à leur âge.
Faites des pauses : comme dans toute chose de nature continue, il est nécessaire d’alterner ce que vous faites avec une pause. Dans le cas des enfants, cette abstinence temporaire du travail est encore plus nécessaire. De nombreuses études ont montré que toute personne qui fait de petites interruptions au cours de son travail est plus performante que celle qui fait son travail sans s’arrêter. Un enfant ne peut s’appliquer à l’étude et maintenir sa concentration que lorsqu’il a la possibilité de décoller et de se reposer. Par conséquent, de courtes pauses de 2/5 minutes deviennent nécessaires, à faire au moins toutes les 10-15 minutes d’étude. Les enfants qui alternent en suivant ces rythmes de façon régulière apprennent plus efficacement. C’est clairement parce que 10 minutes avec une concentration maximale donne plus de résultats que 30 minutes en regardant autour de soi.

Aider les enfants à étudier : quand ?

Quand est-il préférable d’étudier ? Plus précisément, à quel moment de la journée est-il préférable de faire étudier les enfants ? L’une des questions les plus fréquentes que se posent les parents est de savoir quand il est préférable d’étudier, que ce soit le matin ou l’après-midi. La réponse est les deux, et il est fortement déconseillé de le faire juste après le déjeuner. C’est parce que c’est le moment de la journée où les enfants sont le plus fatigués. Comme nous l’avons vu plus haut, le secret est toujours dans le rythme constant. Il est donc bon de prendre la routine habituelle, toujours en étudiant au moment habituel pour consolider l’habitude. Il est clair qu’il peut y avoir des jours où vous remarquez que les petits sont plus fatigués le matin et que vous choisissez de les faire étudier le soir ou vice versa. En principe, cependant, vous devriez essayer de les orienter vers une méthode constante.

Aider les enfants à étudier : démotivation

Dans cette section, nous voyons les effets de la démotivation sur l’étude.

Démotivation : soyez toujours attentif à cet aspect. L’enfant qui va mal à l’école risque d’entrer dans un tourbillon de mécontentement qui l’amène à ne plus vouloir étudier car il est démotivé. Ainsi, en plus de l’aider clairement de toutes les façons possibles à sortir de cette période difficile, il est toujours bon de comprendre d’abord les difficultés et les lacunes. Vous pouvez le faire en utilisant des leçons privées de soutien. Aider votre enfant à obtenir des résultats n’est pas seulement un moyen de réussir à l’école, c’est aussi lui donner la motivation nécessaire pour poursuivre ses études. Lorsque l’enfant est confronté à des difficultés dues à de mauvaises notes, sa motivation s’effondre. Dans sa tête, un mécanisme est déclenché par lequel il commence à dire « je n’étudie pas », « je vais mal à l’école », « je ne peux pas faire grand chose », etc. Pour briser ce schéma de difficulté et de frustration, le parent devra travailler fort pour que l’enfant s’applique chaque jour et garde sa concentration élevée. Lorsqu’un enfant est capable de se concentrer positivement sur ses études, il améliorera de plus en plus son approche du sujet et se portera mieux à l’école.
Encourager et féliciter les tout-petits : quand un enfant a réussi à se concentrer pendant le temps que les parents se sont fixés, cela donnera des résultats. Les parents devraient souligner qu’il était très bon.
N’en demandez pas tant ou si peu : si vous exigez si peu de vos enfants, le risque est qu’ils ne s’engagent pas assez. Si vous exigez trop de vos enfants, ils risquent de perdre toute motivation s’ils échouent.

A ce stade, vous avez devant vous un vade-mecum sur la façon de soutenir vos enfants dans leurs études. Maintenant vous savez comment augmenter leur concentration dans leur développement. Un dernier conseil que nous pouvons ajouter en conclusion, c’est de penser que quoi que vous vous fixiez pour eux, ils sont toujours des enfants. Alors, exigez d’eux ce qu’il y a dans les possibilités de leur âge.

Top 9 des cadeaux pour nouveau né

L’arrivée d’un nouveau-né est une occasion joyeuse non seulement pour la famille, mais aussi pour les amis et la famille. L’arrivée d’un nouveau-né peut être un peu déroutant, surtout pour ceux qui n’ont pas d’expérience dans ce domaine. Tout le monde souhaite offrir quelque chose qui est exclusif et adoré par les parents du nouveau-né.

Voici une liste non exhaustive de 9 idées cadeaux uniques pour les nouveau-nés :

1. Vêtements de bébé

Vous pouvez choisir des vêtements de bébé comme des mitaines, des bavoirs, des gilets, des casquettes, des chaussons. N’oubliez pas de n’acheter que des vêtements en coton. Évitez les tissus synthétiques.

2. Couches pour bébés

On ne peut jamais se tromper en offrant des couches-culottes en cadeau. Les couches jetables de plusieurs marques réputées sont disponibles sur le marché. Vous pouvez aussi acheter des couches lavables si vous êtes soucieux de l’environnement. N’oubliez pas d’acheter les couches en fonction de leur taille et de leur âge.

3. Bain pour bébé

Les nouvelles mamans peuvent être anxieuses à l’idée de donner le bain à leur nouveau-né, car ils semblent très fragiles. Ainsi, offrir un bain de bébé peut certainement les aider dans cette tâche.

4. Album Photo Bébé

Les nouveaux parents vont adorer ce cadeau. Donner un album photo de bébé peut aider les parents à enregistrer toutes les étapes importantes de la première année de vie de leur bébé. Ils peuvent coller des photos, des empreintes de pas de leur bébé ainsi que des détails personnels comme le poids à la naissance du bébé, l’heure de sa naissance et ainsi de suite pour se souvenir.

5. Lingette de bébé

Les langes et les draps de bébé peuvent être un autre cadeau parfait car les bébés ont tendance à faire beaucoup de dégâts. Ainsi, les draps de draperie sont toujours nécessaires en grand nombre. Encore une fois, n’oubliez pas d’acheter ceux en coton.

6. Bijoux en argent

Traditionnellement, le don d’objets en argent au nouveau-né est considéré comme un cadeau de bonne augure. Vous pouvez offrir des bracelets en argent, des bracelets de cheville, des verres, des bols et des cuillères en argent.

7. Jouets musicaux

Le marché est plein de choix excitants quand il s’agit de hochets et de jouets musicaux pour le nouveau-né. Non seulement ils sont disponibles dans des motifs adorables, mais ils sont aussi pleins d’entrain et apaisants – un amuseur à coup sûr pour le bébé.

8. Linge de Lit Bébé

Le linge de lit de bébé est aussi un excellent cadeau. Les ensembles de literie pour bébé sont disponibles dans des designs attrayants. Choisir une variété à séchage rapide peut être une bonne idée. Vous pouvez aussi opter pour les derniers sacs de couchage à la mode avec de jolis motifs pour le nouveau-né qui ne manqueront pas de garder le bébé bien au chaud.

9. Décoration de la chambre de bébé

Offrir des articles pour le décor de la chambre de bébé peut être une idée amusante. Vous n’aurez peut-être aucune difficulté à choisir parmi un vaste choix de choses comme les cadres pour tableaux, les autocollants muraux, l’éclairage de la chambre de bébé, les tableaux de hauteur, les tapis et moquettes, les rideaux.

10. Noeuds Papillons en bois

Le bois revient à la mode et certaines boutiques proposent des gammes pour que votre bambin soit élégant. Jetez y un œil, vous verrez que pour pas trop cher, on peut habiller très joliment son enfant !